Le marchand de sable peut se construire un beau château !

Après l’air et l’eau, le sable est la ressource la plus utilisée au monde. Il représente un volume d’échanges internationaux de 70 milliards de dollars par an. Ce matériau granulaire de petites particules qui proviennent de la désagrégation de roches peut révéler jusqu’à 180 minéraux différents ainsi que des débris de coquillage ou de corail.

En période estivale, le sable évoque les plages. Mais, il existe d’autres usages du sable, importants dans l’économie, bien au-delà de celle du tourisme. En maçonnerie pour le ciment, en fonderie pour les métaux et alliages, en cuisine pour conserver la viande (jusqu’au XIXème siècle), pour la fabrication du verre, le sable est également utilisé comme filtre et comme lest, dans le textile particulièrement pour les teintures, dans l’agriculture pour améliorer le pH des sols et pour améliorer la texture des terres.

IMG_2183

Chaque année, dans le monde, plus de 20 milliards de tonnes de sable sont utilisées, la  Chine représente à elle seule plus de 60% de la consommation de sable. L’exploitation industrielle des sables provoque des effets significatifs sur l’environnement, par exemple l’érosion des côtes pourrait s’accélérer et le risque de submersion s’accentuer. Mais, à l’échelle planétaire, le sable semble inépuisable car il est estimé à 120 millions de milliards de tonnes ! Le BTP est en première ligne pour la construction d’immeubles, de ponts, de barrages, mais aussi de routes, de voies ferrées, de digues. Il faut 200 tonnes de sable pour une maison de taille moyenne, 3.000 pour un hôpital, 30.000 pour 1 kilomètre d’autoroute, ou encore 12 millions de tonnes pour une centrale nucléaire. La société LAFARGE est l’un des principaux groupes industriels exploitant du sable.

Le sable est souvent vendu au mètre cube (un mètre cube de sable équivaut 1,5 tonne). Le prix du sable varie selon sa couleur, qu’il soit lavé ou non, sa granulométrie, sa région d’origine….en résumé la facture oscille entre 25€ et 45€ la tonne (hors frais de livraison). Le cours du sable n’est pas vraiment spéculatif.

La hausse de la population mondiale, urbanisation croissante avec la multiplication de mégapoles, essors économiques des pays en développement, multiplication de complexes hôteliers touristiques… Bon nombre de facteurs se conjuguent pour que l’on assiste à une demande sans cesse croissante de sable. L’appétit est tel que son extraction attise les convoitises et donne naissance à de nouveaux trafics.

A la semaine prochaine, nous vous parlerons du safran, ça ressemble à du sable rouge mais nous vous déconseillons d’échanger 1 tonne de safran contre 1 tonne de sable !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s