Le cours du cuivre va chauffer !

La croissance économique mondiale est soutenue et l’usage de nouvelles technologies provoque un déséquilibre entre l’offre et la demande de métaux. A tort, certains investisseurs ne pensent qu’à l’or, valeur refuge par excellence mais matière aux applications relativement limitées.

Depuis un an, le cours de l’aluminium a progressé de 17%, celui du cuivre de 24%, l’évolution du prix du cobalt avoisine 150%, le mercure 20%, le plomb 33%, le zinc 35%, le titane 40%, etc, etc…

Généralement, je conseille l’achat au « bruit du canon » et la vente au « son du violon », mais la compréhension de cette tendance de fond permet d’abandonner cette habitude de trader. Je choisis un exemple, le cuivre.

Naturellement présent dans la croute terrestre, le cuivre est le premier métal à avoir été utilisé par l’homme, en raison de son point de fusion, pas trop élevé (1084°C). On trouve le cuivre dans les zones poreuses des basaltes, dans des grès et des schistes et plus rarement dans des météorites. Les dix principaux pays producteurs de cuivre sont le Chili, la Chine, le Pérou, les USA, l’Australie, la Russie, le Congo, la Zambie, le Canada et le Mexique. En raison de ses propriétés mécaniques, optiques, électriques, thermiques et chimiques, le cuivre est de plus en plus acheté et pas seulement pour les ustensiles de cuisine. Ses trois principales qualités, sa haute conductivité électrique et thermique, sa résistance à la corrosion et sa recyclabilité favorisent l’usage du cuivre dans le secteur de la construction (en lien avec l’explosion démographique actuelle), dans les télécommunications (réseaux câblés, microprocesseurs et batteries), dans l’armement ou encore dans les transports. La production de batteries électriques et d’appareils électroniques soutient la demande de cuivre. Entre 1990 et 2017, la production mondiale de cuivre n’a pas cessé de grimper. Les réserves sont aujourd’hui estimées à 650 millions de tonnes dont près du quart au Chili.

Cuivre

En juillet 2008, le cuivre était échangé à 9000$/t, fin 2008 à seulement 2800$/t (effet direct de la crise financière mondiale étendue à l’ensemble de l’économie), puis il a repris 140% en 2009 pour atteindre 8500$/t en 2010. Au regard de la demande de cuivre (hors recyclage), sachant que les besoins ont augmenté ces dernières années d’environ 160%, au regard des capacités de productions des grandes sociétés (CODELCO, FREEPORT-MC MORAN, RIO TINTO ET XSTRATA), je vise un objectif de 10000$/tonne pour 2020 contre 5900$/t aujourd’hui, soit une évolution potentielle à la hausse de plus de 40%.

Laurent GUIBERT, directeur général de KAPITLIUM, le lundi 3 juillet 2017.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s