L’économie, un Incroyable Talent !

Nos économies occidentales évoluent telles des cellules cancéreuses, parfois trop endormies, souvent trop rapides, les dégâts sont multiples : trop de maisons en Espagne, trop de fonctionnaires en France (vous savez tous que la France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts), trop d’usines en Allemagne, trop de dettes aux USA ou encore trop de banquiers à Luxembourg. Trop parce que les excès constatés provoquent des crises à répétition. Nous sommes assis sur plusieurs bombes économiques : la parité des monnaies, les déficits publics, les zones de désindustrialisation, les risques systémiques bancaires, les déplacements anarchiques de populations qui fuient la misère, le chômage de masse et j’en passe.

L’une de ces bombes éclatera tôt ou tard, le génie réside dans la capacité d’analyse à prévoir le moment précis de l’explosion. Dans les PME et le capital-investissement, les dysfonctionnements sont caractérisés par des bulles, qui elles aussi explosent. Nous avons connu celle d’internet, puis celle du photovoltaïque durant laquelle la promesse d’une économie verte n’a pas été tenue, plus récemment celle de la digitalisation délivre des valorisations excessives. UBER, pour ne citer que cette société mais il y en a beaucoup d’autres, est « survalorisée ». Pour autant, l’économie digitale ne va pas s’effondrer, internet et l’économie verte vivent encore mais sous un format nettement plus sage. C’est-à-dire que les crises agissent telles des régularisations naturelles du marché, un peu comme des opérations de nettoyage quand un endroit est devenu beaucoup trop sale. La digitalisation va avoir lieu mais elle va s’opérer d’une manière complètement désorganisée pour donner in fine une cartographie de nouvelles entreprises puissantes que personne ne peut imaginer aujourd’hui. Airbnb n’aura peut-être été qu’un effet de mode…ou pas. Mais, le processus de digitalisation des entreprises sera, lui, bien présent.

Nous devons intégrer ces cycles de crises économiques comme jadis les populations savaient que des périodes de guerres se succédaient. Récemment, intervenant dans une grande école de commerce de Lyon, j’ai constaté la peur du risque ancrée dans l’esprit de notre jeunesse. Et pourtant, le risque fait partie intégrante de nos vies. Autre exemple économique, je pense que TESLA va connaître une crise de croissance, liée à la démocratisation du véhicule électrique pour tous les constructeurs d’automobiles. Un succès technologique peut ainsi se transformer en échec entrepreneurial, le premier n’a pas toujours raison. L’économie évoluée du XXIè siècle est constituée de différents modèles qui s’imposent ultra-rapidement et qui disparaissent aussi vite pour laisser place à d’autres. Face à cette vie économique violente, l’enjeu principal consiste à traiter l’humain le mieux possible dans ce contexte d’incertitudes.

Pour conclure ce billet, une citation de GALBRAITH : « La seule fonction de la prévision économique, c’est de rendre l’astrologie respectable« .

 Laurent Guibert, Directeur-associé de Kapitalium, à Nice, le lundi 7 novembre 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s