En marche…ou pas. – Billet hebdomadaire de Kapitalium.

Beaucoup de nos clients s’évertuent à produire en France en dépit des boulets posés aux pieds d’entrepreneurs valeureux, je devrais écrire posés effrontément par une haute administration qui rédige des textes de lois votés au mieux par des incompétents en économie, au pire par des crapules corrompues. Critiquer, ce n’est pas faire du populisme, encore que ce mot n’est pas une insulte parce que le peuple compte, critiquer c’est commencer à construire autre chose, un système en marche.

lot-8-giacometti-lhomme-qui-marche-i-a

La France déborde de talents, ce qui ne doit pas faire oublier les cinq millions de personnes sans formation professionnelle réelle, naufragés familiaux, naufragés du Mammouth, naufragés des entreprises blessées ou assassinées par un Etat qui asphyxie les plus belles énergies. Le Brexit voté, ces dernières semaines, tels des chacals puants, une bande de fonctionnaires est partie à la chasse aux investisseurs et aux entrepreneurs pour tenter de les faire revenir dans notre beau pays (pour les retraités, pour les vacanciers, pour les assistés volontaires, pour les rentiers et pour certains planqués). Pourquoi ces initiatives sont-elles vaines ? D’abord, parce que le dynamisme économique se crée sur ses propres forces, pas à partir d’une supposée faiblesse chez un compétiteur d’outre-Manche ou d’ailleurs. Et aussi parce que notre fiscalité est aussi compliquée qu’injuste, que notre droit du travail est indigeste, que nos administrations sont désagréables alors qu’elles devraient être au service des usagers, que les règles de la compétition internationale ne sont pas loyales, que la sécurité est à peine assurée, que le temps perdu dans les transports est ahurissant, que le climat social est pourri, que notre modèle n’est pas adapté à l’ère du numérique, et j’en passe tellement le constat est lourd.

Si nous voulons rétablir les conditions de la croissance, il faut s’attaquer à la formation générale et professionnelle, il faut rétablir le sens de l’initiative, il faut renforcer les liens entre toutes les administrations et toutes les entreprises, il faut rebâtir une industrie innovante aidée par un secteur financier réorienté vers l’économie réelle, il faut mieux protéger les forces vives, il faut faciliter l’accès des PME aux procédures d’appel d’offres, il faut muscler le capital de nos PME pour leur permettre d’aller gagner à l’export, il faut simplifier la vie de ceux qui travaillent, il faut arrêter de cracher sur ceux qui tentent et qui échouent, en résumé il faut changer d’état d’esprit.

C’est fort de réformes issues du bon sens, avec la participation des chefs d’entreprises mais aussi des jeunes et de tous les salariés, que notre pays pourra non seulement devenir attractif mais aussi retenir les meilleurs qui sont tentés de fuir ce que je qualifie de naufrage économique et social. Le temps de grand vent qui va souffler dans les semaines à venir va provoquer des fermetures de sociétés et du chômage, des pans entiers de ce que nous connaissons du paysage productif vont tomber comme un château de cartes, mais l’essentiel réside dans la capacité du collectif à construire le présent et l’avenir : la e-santé, la e-police, l’intelligence économique, le financement alternatif, l’exploitation responsable des richesses maritimes, le segment de la production ultra-qualitative, le domaine du luxe constituent des enjeux pour maintenir une force économique en France. Penser l’avenir positif relève du collectif, pas d’un seul homme, ni même d’une seule femme.

 Laurent Guibert, Directeur-associé de Kapitalium, à Nice, le lundi 3 octobre 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s