Parole d’Entrepreneurs n°2 : Pierre BAILLOT d’ESTIVAUX

Pour ce deuxième numéro de Parole d’Entrepreneurs, nous vous proposons de découvrir une interview de Pierre Baillot d’Estivaux  au cours de laquelle il nous présente sa vision de l’innovation.

Pouvez-vous nous présenter IBU® et votre rôle au sein de cette structure ?

Innovation Build Up® (IBU®) a été créée en 2015 sous l’impulsion de Georges Kayanakis, bien connu pour son expertise en direction (Texas Instruments, Schlumberger, Matra…) et en création d’entreprises (ASK notamment).

Nous sommes aujourd’hui quatre associés : Georges apporte son immense expérience de l’entreprise, Bénédicte Dantès est coach, Patrick Sure est spécialisé en marketing produit et moi-même, Pierre Baillot d’Estivaux, je suis expert en innovation et en R&D (Recherche et Développement).

Notre mission principale consiste à accompagner les entrepreneurs dans la mise en place des conditions favorisant l’innovation. L’objectif étant bien sûr de leur permettre de générer de la croissance durablement.

Pour ce faire, nous avons développé un modèle unique de diagnostic, Diag.O®,  qui permet d’évaluer une organisation selon des critères immatériels et de valoriser financièrement ces actifs intangibles.

Voici une coute vidéo de présentation de Diag.O® :

Grâce à ce modèle, nous sommes sollicités par toutes les personnes ou les entités qui ont intérêt à mieux comprendre le fonctionnement de l’entreprise et/ou à mieux estimer sa valeur financière : actionnaires, financeurs (privés ou publics), conseils en financements, repreneurs, ainsi que tous les corps de métiers offrant du conseil aux entrepreneurs (commissaires aux comptes, experts comptables, avocats d’affaires, consultants ou même institutionnels…).

Nous travaillons également pour des start-ups avec un objectif légèrement différent puisqu’il s’agit, dans ce cas, de les aider à atteindre plus vite et plus efficacement le marché, bref à mieux innover.

Comment, selon vous, valoriser l’innovation ?

Une étude menée début 2016 parmi des dirigeants de start-ups de la célèbre Silicon Valley a montré que 67% des sondés décrivaient l’innovation comme le fait d’avoir des idées, alors que la génération d’idées n’est rien d’autre que de la créativité !

La créativité est l’une des composantes de l’innovation bien sûr, mais avoir des idées n’est clairement pas suffisant pour innover.

Lorsque j’interviens en missions de conseil ou en animation de formations en innovation, je commence donc généralement par faire définir ce qu’est l’innovation.

On entend en effet ce mot très (trop) souvent, dans les médias, dans les publicités, dans la bouche de dirigeants ou de personnalités politiques, et malheureusement pas toujours à bon escient…

Pour le dire simplement, une innovation est un produit/service/process nouveau qui trouve son marché (interne ou externe), avec souvent une notion de rentabilité. Nous avons également réalisé deux courtes animations à ce sujet :

2mn pour comprendre l’innovation :

2mn pour comprendre les différents types d’innovation :

Ainsi, développer un produit techniquement formidable mais qui ne sert à rien ni personne n’est rien d’autre qu’une prouesse technique, à l’inverse, solliciter un marché pour lequel nous n’avons aucun  produit adapté est une visite commerciale stérile.

Une autre étude récente place la France à une bien modeste 18è place au classement mondial des pays les plus innovants… (cf notre récent billet Linkedin à ce sujet : http://bit.ly/2bXubVH). Cette position est consternante alors que nous sommes dans le peloton de tête en terme de créativité.

Innover se prépare et s’organise. C’est bien ça la valeur ajoutée d’IBU® !

Aussi étonnant que ça puisse paraître, l’innovation est un processus. Il contient plusieurs phases et peut donc être décrit, piloté, évalué, optimisé…

On entend trop de dirigeants exhorter leurs équipes à innover. L’exhortation seule ne suffit évidemment pas. Il y a des étapes à respecter avec, pour chacune d’entre elles, un certain nombre d’actions à mener et de résultats à récolter.

Il est important de rappeler également que, contrairement à certaines croyances, l’innovation n’est souvent ni une option, ni un luxe : dans la plupart des cas, c’est une nécessité absolue.

sans-titrePourquoi ? Tout simplement parce que les habitudes de consommation évoluent rapidement, les ruptures technologiques se succèdent à un rythme effréné, les contraintes règlementaires et sociétales se durcissent toujours plus, de nouvelles valeurs éthiques naissent, la pression économique liée notamment à la mondialisation et à l’hyper-compétition se fait de plus en plus forte… bref, comme je le dis souvent « Ne pas Innover Tue » !

Je prends un exemple volontairement provocateur : le boulanger de quartier devrait donc, au-même titre que le fabricant de smartphones, se poser la question de l’innovation, sous peine de se mettre en danger (stagnation, régression ou fermeture).

Cependant, innover a un coût. C’est vrai. Vendre, produire ou transporter aussi. Cet argument ne doit donc pas être celui qui justifie l’immobilisme.

Chez IBU®, l’une de nos actions favorites consiste à promouvoir le Marketing Produit.

Cette fonction incontournable pour nos amis anglo-saxons et assez méconnue en France. Elle a pour mission, comme son nom l’indique, de réconcilier le produit (= les capacités techniques de l’entreprise, son ADN) et le marché (= le besoin du client), en d’autres termes, de travailler plus efficacement à la satisfaction du besoin client, donc à l’innovation. Il ne faut pas la confondre avec les seules actions bien connues de marketing, cela va bien au-delà.

En voici une courte présentation : 2mn pour comprendre le Marketing Produit

Le Marketing Produit est à l’origine de nombreux succès commerciaux américains notamment (Apple, Nike, Starbucks…) et constitue le socle de nombreux mouvements d’innovation tels que le Lean Start Up ou le Design Thinking (pardon pour les anglicismes mais il n’existe, selon moi, pas de traduction satisfaisante en français).

La meilleure façon de valoriser l’innovation reste de satisfaire le client (= répondre efficacement à son besoin) et faire en sorte qu’il  parle de nous et de nos produits en bien. La satisfaction client se mesure bien sûr directement mais aussi par les retombées financières liées aux ventes. Ces dernières pouvant ensuite être réinjectées en tout ou partie dans le processus d’innovation de l’entreprise afin d’entretenir un cercle vertueux.

C’est selon moi un critère de performance incontournable en innovation que de générer régulièrement des produits/services/process nouveaux qui deviennent des succès commerciaux et qui alimentent les caisses de l’entreprise.

On pourra ensuite, et seulement ensuite, parler d’autres leviers de valorisation de l’innovation, principalement : l’humain, la notoriété, la propriété intellectuelle et bien sûr…la finance.

Tout d’abord, il est très valorisant, je l’ai moi-même vécu, pour des collaborateurs de participer activement à un processus d’innovation efficace dans lequel ils peuvent s’engager/être force de propositions/se sentir utile/se mettre en valeur auprès de leurs collègues mais aussi en-dehors de l’entreprise, un peu comme des ambassadeurs de luxe. Ceci contribue largement à un climat social apaisé, à l’entretien d’une grande efficacité collective et donc à des résultats financiers de qualité. Cette valeur se mesurera également dans la durée d’engagement des collaborateurs et dans le pouvoir d’attraction de l’entreprise lorsqu’il sera question de recruter de nouvelles compétences pour faire face à la croissance.

Puis, si l’entreprise innove, il ne faut pas se priver d’en parler.

En local ou plus largement, lors d’évènements, de concours, de lancements officiels de produits, dans la presse ou les médias (sociaux ou TV notamment). Cette communication contribuera largement là encore à l’entretien d’une image positive de l’entreprise et facilitera les partenariats (co-développements, innovation ouverte…) propices à l’innovation. Ces derniers sont très importants car l’innovation en vase clos est aujourd’hui de moins en moins  concevable : même la NASA, avec son budget 2016 de 19.3 Mds $ fait de l’innovation ouverte et de la veille technologique intense pour identifier ses futurs partenaires !

Par ailleurs, il est selon nous important de protéger ses créations par de la propriété intellectuelle. Les brevets, marques, dessins et modèles ou encore les droits d’auteurs permettent de marquer son territoire dans un marché concurrentiel et de donner valeur et crédibilité à l’entreprise. La vente et l’achat de licences permettront également d’optimiser les coûts d’innovation.

Enfin, nous intégrons de manière exclusive grâce à Diag.O®, tous ces aspects immatériels dans la valorisation financière de l’entreprise. Des innovations validées ou des capacités d’innovation (humaines, structurelles ou organisationnelles) constatées par nous, et attestées par des documents le démontrant, sont de nature à rassurer des financiers, souvent légitimement effrayés par l’innovation dans des domaines qu’ils ne maîtrisent pas.

Les retentissements de certaines innovations peuvent, pour conclure, avoir un impact sociétal majeur : Rappelez-vous que le vélo, la photographie, la carte à puce ou l’automobile sont des inventions françaises qui ont changé le monde !

creation-site-internet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s