L’échec, la clé de la réussite ? – Billet hebdomadaire de Kapitalium.

En ce lundi matin, j’ai envie d’aborder le thème de l’échec. En effet, nous parlons très souvent des réussites, des success-stories et c’est à se demander si l’échec n’est pas un sujet tabou ?

Nous voyons très régulièrement des statistiques qui nous disent que 50% des nouvelles entreprises ne vivent jamais leur 6ème année dont 25% qui ne dépassent pas leurs 2 ans. C’est en tout plus de 60 000 entrepreneurs qui ont mis la clé sous la porte en 2015 mais peu de gens en diront plus.

1- Quelles sont les raisons de l’échec ?

C’est un point difficile à aborder car il existe autant de raisons qu’il existe d’entreprises. Cependant, en prenant un peu de recul nous voyons que l’échec prend source sur plusieurs points importants :

  • L’humain : Quelques fois, des problèmes au sein de l’équipe, des mauvais choix de recrutement ou la disparition d’une personne clé peuvent affaiblir voire tuer une entreprise et encore plus lorsqu’elle est jeune.
  • Le Business Modèle : D’autre part, certains entrepreneurs qui ont oublié que c’est le client qui décide du business modèle se retrouvent face à une incompatibilité de marché. Et autant dire qu’à part une réactivité efficace, ce problème est le plus fatal pour une entreprise.

2 – La perception de l’échec.

Une des conséquences les plus lourdes de l’échec est celle infligée à l’Homme. Parce que l’échec au-delà d’une situation, c’est une perception d’un objectif raté. De plus, dans le cas de l’entrepreneur, il y a un tel investissement personnel associé à des espérances imaginées par l’équipe que les entrepreneurs ont souvent l’impression d’un échec définitif.

Cette perception de l’échec est différente selon l’âge, on notera qu’elle est beaucoup plus violente pour un quinquagénaire que pour un jeune de 20 ans. En effet, un jeune n’aura très souvent rien à perdre, à l’inverse une personne de 50 ans qui a une famille, une maison, un statut social…

D’un autre côté, un point typiquement français va aggraver cette situation : En France celui qui réussit est suspect, parfois il est reconnu compétent, celui qui ne réussit pas est incompétent et pour toujours.

Regardons à l’étranger où la perception de l’échec n’est pas vécue de la même façon. Prenons l’exemple des Etats-Unis ou l’on est beaucoup moins attaché au patrimoine et à la transmission de génération en génération, du coup l’Homme est beaucoup plus apte à prendre des risques (et peut-être tout perdre). De plus, dernier point différenciant, la France a la culture du « peut mieux faire » alors que les USA ont la culture du « good job », d’un côté on met en avant les erreurs et de l’autre le bon travail. Ce sont deux notions qui conditionnent énormément les individus.

3 – Rebondir vers la réussite.

Personnellement, je pense que tous les entrepreneurs peuvent rebondir, mais à la seule condition qu’ils aient travaillé sur leurs erreurs.

Si je dis ça, c’est que cela évitera de répéter ses erreurs, surtout les erreurs qui proviennent de sa propre personne (être trop optimiste, ne pas avoir écouté son marché, …).

Deuxième point important, il faut de la vitalité et de la force pour tuer le sentiment d’échec car c’est lui votre plus gros frein. Un autre aspect important, savoir s’entourer, en effet, c’est dans ces moments qu’il faut savoir se tourner vers les personnes qui sauront vous donner de la force (famille, amis, …) et même se faire accompagner par des professionnels. Cela peut être un point déterminant, comme c’est le cas pour un sportif professionnel qui vient de subir un échec. L’échec n’est pas une tare, c’est aussi un atout pour réussir.

Pour finir, il faut garder en tête qu’un enfant apprend à marcher en tombant. La métaphore peut paraître simple et facile mais elle s’applique à tous les domaines et quand je marche dans la rue, je vois que les bosses et les égratignures de l’enfance ont toutes été la clé de notre réussite. L’échec fait partie des grands apprentissages de la vie et il est important de ne pas en avoir honte. Gardons la force d’avancer et de réussir !

Thomas GAY-CASABURI, Consultant Associé de Kapitalium, à Paris le lundi 29 août 2016.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s