Les questions de l’été – Episode 3

Les questions de l’été : Suis-je fait pour être entrepreneur ?

Pour faire suite aux questions que l’on nous pose souvent, j’aimerais faire un point sur la plus importante de celles-ci.

En effet, normalement la première question que se pose ou devrait se poser un aspirant entrepreneur est : Suis-je fait pour être entrepreneur ?

Pourtant en réfléchissant bien c’est en répondant à d’autres questions que l’on peut répondre à la précédente.

1. Quels sont mes atouts et mes faiblesses ? 

Avant même de vouloir se lancer dans la grande aventure, il est important de faire un bilan personnel. Quelles sont mes réelles motivations ? Ai-je le savoir-faire ? Saurais-je convaincre ? Suis-je un bon gestionnaire ?

Une fois cette analyse faite, il faut faire le bilan et voir si vous avez déceler des manques. Si c’est le cas, le propre d’un chef d’entreprise est de savoir s’entourer, mais nous en parlerons plus tard.

2. Ma situation financière est-elle adéquate ? 

La première année de la création d’entreprise est sacrificielle en termes de rémunération. En effet, vous ne pourrez sans doute pas vous rémunérer, et il faut bien l’anticiper car sans manger, un bon entrepreneur ne pourra pas porter son entreprise. Petit conseil, si vous êtes encore chez vos parents, c’est le moment d’y rester un peu plus.

Il est important de le noter car même dans l’histoire de la création de Kapitalium, les fondateurs ne se sont pas rémunérés pendant les 12 premiers mois.

De plus, face aux premières charges de l’entreprise, pourrez-vous subvenir aux besoins de votre nouveau « bébé » ?

3. Dois-je m’associer ?

Les jeunes entreprises se créent souvent à plusieurs mais est-ce la bonne solution ? Afin de répondre à cette question, il faut avoir terminé de répondre à la question 1 : quelles sont mes faiblesses ?

Je le disais plus haut, un chef d’entreprise doit savoir s’entourer, mais attention pas avec n’importe qui. Les associations entre personnes sont complexes et doivent répondre à plusieurs critères :

  • Vision de l’entreprise,
  • Etre en phase pour le développement futur,
  • Définition de la place de chacun,
  • Qui prend les décisions ?
  •  Quel est le degré d’engagement de chacun (temps et argent) ?

4. Dois-je parler de mon projet autour de moi ?

C’est le grand dilemme de l’entrepreneur qui a trouvé l’idée du siècle, il vit dans la peur qu’on lui pique son idée. Pourtant, la force et l’énergie nécessaires pour passer de l’idée au produit est telle que peu de personnes autour de vous (déjà bien installées dans leur situation professionnelle) prendront le risque de tout quitter pour vous voler votre idée.

Au contraire, parler de votre projet à des personnes expérimentées, permet de le confronter à différentes visions et de ce fait de se remettre en question.

5. Dois-je me faire accompagner ? 

L’accompagnement est aujourd’hui un nouveau métier qui rend bien des services. Surplombant les CCI ou les CMA, les incubateurs sont un vrai moteur pour toutes les jeunes entreprises. Je ne vois pas pourquoi il faudrait s’en priver, de plus, ils ouvrent la voie à des financements et même encore mieux à des opportunités de business.

6. Comment me faire remarquer ? 

Aujourd’hui, nous voyons de plus en plus fleurir des concours pour jeunes entreprises qui offrent une vision médiatique ainsi, parfois, quelques cadeaux pécuniaires.

Mais attention, on se prend vite au jeu et il ne faut pas tomber dans le schéma de la bête de concours qui gagne des prix mais ne vend pas les produits de sa société. Je préfère insister sur ce sujet car je l’ai déjà vu plusieurs fois.

7. Faut-il être professionnel ? 

C’est une fausse question. Juste pour vous tester. Bien sûr qu’il faut l’être !

8. Faut-il y aller au culot ? 

Prenez les devants ! Repérez les médias qui vous intéressent et qui peuvent vous aider en fonction de votre activité. Trouvez le bon journaliste et frappez à sa porte. N’hésitez pas à contacter des entrepreneurs qui pourraient vous ouvrir leur réseau. Inscrivez-vous dans des clubs de créateurs d’entreprise.

9. Suis-je résistant à la frustration ? 

Et oui la vie d’entrepreneur, c’est la liberté, plus de patron (juste ses clients), être maître de son propre destin. Pourtant même si l’aventure est belle, elle réserve quelques belles claques. Il y aura des hauts et des bas, quelques mauvaises nouvelles et un peu de fatigue pourront vous démotiver. Mais croyez-en votre projet et ne baissez pas les bras !

La meilleure des forces vous vient de votre entourage, famille, amis, associés.

10. Suis-je prêt à l’échec ? 

50% des nouvelles entreprises sont toujours vivantes au bout de 5 ans, c’est bien mais cela veut aussi dire que 50% d’entre-elles n’existent plus. Face à ce constat, il faut se préparer à échouer et chercher dans cette échec le positif qui vous permettra de rebondir. Surtout que l’esprit d’entrepreneur est une qualité très recherchée chez les recruteurs.


Pour finir, j’espère que vous aurez pris plaisir à lire ces quelques lignes qui parlent d’un sujet qui me passionne. Nous, accompagnateurs d’histoires d’entreprises, d’histoires d’Hommes, nous serons toujours là pour répondre à vos questions et vous accompagner vers la bonne décision.

Profitez de votre été, la rentrée est pleine de promesse !

Thomas GAY-CASABURI, Consultant associé KAPITALIUM, à Nice, le 18 juillet 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s