Les imposteurs et les autres. – Billet hebdomadaire de Kapitalium.

Real-or-Fake-740x360-1

Etre entrepreneur devient de plus en plus à la mode. Lever des fonds aussi. Les deux tendances présentent un redoutable effet : la naissance d’entrepreneurs imposteurs. Comment agissent-ils ? Qui sont-ils ?

Généralement, celui qui vient nous voir débarque avec un business plan (ou au moins des projections d’activité) très ambitieux pour ne pas dire irréalisable. Il aime ajouter à son rêve, la critique du supposé compétiteur qui n’est forcément pas assez ceci ou trop cela. Il nous raconte toujours une belle histoire, il est reconnaissable à un symptôme : il n’a pas plus connu les difficultés que l’échec. Les meilleurs d’entre eux nous indiqueront souvent une valorisation de leur PME totalement risible, et dans un bel élan que les APPLE, GOOGLE, FACEBOOK et UBER sont naturellement de la M…..Ils viennent de partout, ils sont essentiellement de sexe masculin, toujours sympathiques et ils ont la chance de connaître tout ou presque, sur ce dernier point reconnaissons que nous admirons leur force d’auto-persuasion.

A contrario, nous sommes souvent surpris de rencontrer des créateurs géniaux et de révéler ces talents à nos partenaires investisseurs. Ces chefs d’entreprise sont tellement concentrés sur les axes d’amélioration qu’ils n’ont pas toujours pleinement conscience de la beauté du parcours déjà accompli. Ces génies du business cumulent souvent plusieurs qualités : ils sont travailleurs, passionnés, résistants à la frustration, ils intègrent la notion de succès et, fait important, ils finissent par se considérer légitimes. Si nous devions choisir une image pour illustrer l’entrepreneur, c’est un humain qui a appris et qui a accepté de traverser plusieurs fois par jour une autoroute en sachant que c’est vraiment dangereux. La recherche de l’excellence est le leitmotiv de ces dirigeants.

Réussir nécessite en préalable une pensée structurée, puis la capacité de la mettre en musique, de la monétiser puis de l’optimiser en permanence. Réussir implique l’expérience et même à NICE, même si c’est difficile à l’admettre, il arrive parfois que quelques nuages viennent cacher le soleil. Et enfin, quand le fruit du travail devient juteux, c’est un véritable bonheur d’apprécier chaque goutte extraite et ça donne envie de cultiver encore et toujours son jardin entrepreneurial.

Laurent GUIBERT, Directeur-associé de Kapitalium, à Nice, le lundi 20 juin 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s