Destruction de valeurs. – Billet spécial de Kapitalium.

Nous entendons souvent parler de croissance économique, certains tentent même d’aborder le principe de décroissance pensant qu’elle peut protéger notre environnement. Peu d’économistes écrivent à propos des mécanismes qui tuent l’activité productive. Sans me lancer dans des thèses théoriques que je laisse aux intellectuels libéraux, keynésiens voire marxistes s’il en reste, je vais vous citer un cas existant et vous allez comprendre pourquoi en France notre PIB évolue peu (si nous intégrons le déficit public, il recule) alors que certains de nos voisins créent de plus en plus de richesses.

Je connais une société industrielle française (environ 30M€ de chiffre d’affaires), qui a un savoir-faire, un outil de production, des salariés compétents et engagés, un excellent dirigeant et même des clients. Elle pourrait produire davantage encore et recruter, au lieu de cela, elle refuse des commandes rentables ! Pourquoi ?

Parce qu’elle n’a pas les moyens financiers, humains et matériels de répondre à la demande. Il convient d’assurer le Besoin en Fonds de Roulement…, en 2008, je parlais avec un ministre qui ignorait la signification même du BFR !

Parce que l’Etat dirigé par de hauts fonctionnaires pour l’essentiel corrompus et rompus à des méthodes éloignées du sens de l’intérêt général préfère aider des gens pour ne pas aller travailler que pour le contraire, ou encore, préfère aider des entreprises d’amis de la caste influente même si ces dernières sont moins profitables, je vais éviter au lecteur contribuable une crise d’indigestion en passant sous silence les raisons de la perte de plusieurs milliards d’euros chez AREVA. La force des réseaux dépasse de très loin la méritocratie, notre pays est gravement atteint par une crise morale sans précèdent. Le résultat est simple : plus de chômeurs et de coûts sociaux, moins de production de richesses, et des effets systémiques négatifs. Nous pourrions changer cela avec un vrai deal de soutien pour l’industrie europénne du futur, mais non, eux, « ils préparent » 2017, pour eux.

Laurent GUIBERT, Directeur-Associé de Kapitalium.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s