Vive l’Afrique ! – Billet hebdomadaire de Kapitalium.

En raison de notre histoire, et il n’est pas question de la renier ou d’auto-flagellation, notre regard sur l’Afrique s’opère avec un prisme particulier. Des images violentes nous parviennent, qu’il s’agisse de la guerre, de la famine, de différentes maladies, du niveau scolaire général ou bien d’inconfort matériel par rapport aux normes européennes.

Pourtant, la France (comme la Chine, l’Inde et le Brésil) serait bien inspirée de faire preuve d’une attention bienveillante à l’endroit du continent africain. Trop peu de PME osent travailler en Afrique, rares sont les investisseurs à analyser que la plus-value est intimement liée au taux de la croissance économique. Le risque n’est pas plus élevé en Afrique que dans la plupart des pays d’Europe Centrale.

  1. En dehors des zones désertiques bien sûr, la croissance moyenne des PIB est de l’ordre de 7%. Les richesses en matières premières devraient être mieux gérées et profiter davantage aux populations locales. Le pétrole du Nigéria, la bauxite de Guinée, le charbon du Mozambique, l’or de Tanzanie devraient constituer des sujets dans nos écoles économiques, au moins au même rang que les mathématiques. Il y a quelques jours, je lisais un rapport bancaire, je cite : « Les pays africains détiennent incontestablement une large part des ressources naturelles mondiales. Les réserves prouvées incluent plus de 40% des minéraux tels que le chrome et le cobalt ainsi que plus de 50% des réserves de diamants. En outre, une grande proportion des réserves mondiales de métaux précieux se trouve en Afrique: au moins 15% des réserves d’or et la quasi-totalité des gisements mondiaux de platine et de palladium. Mais ce n’est pas tout. Le continent africain abrite aussi quelque 60% des terres arables inexploitées de la planète ainsi que d’importantes quantités de combustibles fossiles (environ 8% des réserves mondiales de pétrole et de gaz) ».
  2. L’Afrique du nord, l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique Centrale et l’Afrique Australe sont en grande partie francophones, ce qui facilite allègrement le dialogue et les relations commerciales.
  3. Dans la plupart des pays francophones, la législation est calquée sur celle de la France.
  4. La présence de grandes entreprises françaises (Total, Bolloré, Vinci, Areva, BNP) aide potentiellement nos PME à se développer en Afrique. L’un des clients de Kapitalium, une « presque » Spin-off de Air Liquide, est implanté en Algérie depuis une quarantaine d’années et il ne s’en plaint pas !
  5. Nos têtes pensantes oublient aussi trop souvent que la concurrence est certainement moins rude en Afrique qu’en Europe. Le rapport offre de services/donneurs d’ordres est plus favorable sur le continent africain que partout ailleurs.
  6. En zone CFA, la parité EURO/FRANC est quasiment stable, le risque de change est donc limité.
  7. Il y a un autre point important qui plaide en faveur du business en Afrique : les hommes clés y sont bien plus facilement abordables qu’en Amérique et en Europe.
  8. Au niveau strictement commercial, les facteurs démographiques font de l’Afrique un grand vivier de clients.

Ce n’est certainement pas par hasard si Carrefour ouvre à Abidjan un magasin de plus de 18000 mètres carrés, pas un hasard que Décathlon fasse aussi ses premiers pas en Côte d’Ivoire, pas un hasard non plus que l’avisé Xavier NIEL entre au capital de la mine de bauxite de BOKE, pas un hasard que le capital-investisseur ABRAAJ ait levé 375 millions de dollars pour son deuxième fonds nord-africain et qu’il porte un programme de 990 millions de dollars pour investir en Afrique subsaharienne. Enfin, ce n’est pas un hasard si ENGIE annonce son arrivée en Côte d’Ivoire, au Cameroun, au Mozambique, en Ethiopie, alors que le groupe se limitait jusqu’alors à deux sites, au Maroc et en Afrique du Sud.

Il n’est pas question de nier les disparités existantes et de comparer l’économie du Burundi avec celle de l’Afrique du Sud. Il est question de regarder l’Afrique comme un partenaire économique pertinent et de cesser d’être tantôt méprisant, tantôt condescendant. Nous sommes face à un devoir historique qui consiste à mieux connaître nos amis africains, à mieux échanger avec eux, à mettre en œuvre de réelles actions de développement et à poser notre collaboration dans le temps.

Concernant Kapitalium, nous sommes heureux et fiers de la confiance que nous témoigne l’entrepreneur Stéphane EHOLIE, le dirigeant de la SIMAT, implantée en Afrique de l’Ouest. La logistique, notamment portuaire, demeure plus que jamais fondamentale et ce n’est pas un français prénommé Vincent qui viendra nous contredire.

Nous terminerons ce billet hebdomadaire en invitant nos lecteurs à lire le journal JEUNE AFRIQUE, les articles sont vraiment concrets, cela change des rubriques des chiens écrasés de vulgaires torchons européens. La rubrique « économie » est riche en contenu, par exemple, récemment, un article traitait d’une découverte par l’américain KOSMOS ENERGY d’un site transfrontalier au Sénégal et à la Mauritanie qui pourrait atteindre 17000 milliards de pieds cubes de gaz. A partir de cette information, les passionnés de géographie, de physique-chimie ou d’économie trouvent leur compte pour améliorer leurs connaissances avec un angle ludique. L’Afrique, y compris via le spectre économique, constitue un sujet passionnant, en tout cas chez Kapitalium nous aimons l’Afrique et nous aimerions la connaître davantage encore.

AfrVive l’Afrique libre, vive l’Afrique prospère, vive l’Afrique heureuse, vive l’Afrique belle, vive l’Afrique aimée.

A Angie ma collaboratrice, à Stéphane mon ami, à Samuel mon grand-frère, à celles et à ceux qui voudront bien regarder autrement l’Afrique.

Laurent GUIBERT, Directeur-Associé de KAPITALIUM, à Nice le 1er février 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s