Rêvons une industrie 3D. – Billet spécial de Kapitalium.

Les imprimantes 3D arrivent, d’abord destinées à quelques rares professionnels avertis, puis diffusées vers des industriels, elles vont intégrer peu à peu la vie des particuliers.

I3D

Avec une imprimante 3D, nous pouvons fabriquer de nombreux produits à partir de matériaux métalliques, plastiques voire biologiques. Nous allons tous devenir des MacGiver ! Les bricoleurs vont vraiment pouvoir s’en donner à cœur joie, parce qu’avec les imprimantes 3D, il est désormais possible d’adapter, de modifier, de personnaliser et de gagner du temps. Toutes les industries, tous les territoires et toutes les échelles sont concernés.

Par exemple, les prothèses et les implants dentaires seront de plus en plus issus de ces belles machines.

Pour les maisons et les appartements, aucune difficulté majeure. La bio-impression de tissus cellulaires (par exemple peau et cornée) est d’ores et déjà techniquement réalisable. Quant à la NASA, elle travaille sur la fabrication de nourriture.

Sans parler de révolution, le paradigme du monde économique s’en retrouve bousculé. Demain, les clients seront aussi les producteurs. Moins de stocks, moins de frais logistiques, une nouvelle expression créatrice, etc.

Au niveau technologique, la réalisation de prototype sera meilleur marché, les imprimantes 3D constitueront donc un accélérateur fondamentale des innovations à venir. Au niveau commercial, nous vendrons moins de produits, en revanche nous vendrons des licences et de formidables logiciels de conceptions. Au revoir les gros gâchis, bonjour les petites réparations, chez nous. Au niveau macroéconomique, les gains de productivité seront considérables. L’impact écologique sera lui aussi significatif. La clé de la relocalisation des productions passe par les imprimantes 3D, le Made in France a peut-être de beaux jours devant lui même si nous pouvons regretter amèrement la rareté de fabricants français d’imprimantes 3D.

A ce sujet, nous avons eu la chance, nous devrions écrire le bonheur de visiter la société VOLUMIC 3D. Cette PME a de l’avance, elle dispose d’un savoir-faire rare et d’une force créatrice extraordinaire. Nous étions chez eux comme des enfants dans un magasins de jouets, nos yeux, regardant les étagères, brillaient. Avec les imprimantes 3D, nous pouvons envisager l’émergence d’un néo-artisanat, c’est magique, chez VOLUMIC 3D nous avons rêvé comme devant les œuvres de Nathan SAWAYA.

img_6006

De même, les visiteurs du salon Industria ont été « impressionnés » par le fonctionnement d’une imprimante Volumic 3D et ses réalisations, ainsi que par les informations et conseils délivrés par Hélène Tabouelle, Présidente de la Société biotoise 3D LANE.

Nous conclurons, en écrivant, au premier sens du terme : « merci pour ces moments ».

Nicolas VAS et Laurent GUIBERT, à Nice le 2 décembre 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s