L’esprit d’entreprise : mon meilleur ami. – Billet hebdomadaire de Kapitalium.

billet_500_eurosL’esprit d’entreprise : c’est pour qui ? Nécessaire ? Inné ?

Tout d’abord j’aurais pu parler « d’esprit d’Entreprendre » qui est le fait d’agir, agir pour mener à bien un projet.

Pour moi, « l’esprit d’entreprise » va plus loin, c’est la volonté d’agir, aller de l’avant, être acteur de son destin, vouloir développer un/son talent, prendre en main son projet, sa mission, son ambition.

image.phpAvoir l’esprit d’entreprise n’est pas chose simple et c’est peut être le caractère le plus déterminant dans la réussite d’une entreprise. En effet, cela implique le fait d’être exigeant sur son propre rôle : son engagement, son travail, ses initiatives, ses efforts, sa capacité à faire face aux risques, accepter d’assumer certaines responsabilités. Cette exigence est pour moi primordiale dans l’accomplissement d’un projet, qu’il soit individuel ou collectif, et quel que soit le registre dans lequel il s’inscrit.

Une deuxième question se pose : l’esprit d’entreprise est-il inné ou acquis ?

D’après plusieurs témoignages, l’esprit d’entreprise n’est même pas lié à la création d’entreprise. L’esprit d’entreprise c’est passer d’un état passif à une démarche active. Un état passif de consommateur à une démarche active qui permet de vivre ses propres passions mais aussi d’entraîner les autres et ainsi de modifier la société autour de nous. De plus, aujourd’hui, 53% des entrepreneurs s’engagent dans la création d’entreprise par nécessité plus que par conviction. Cet état s’explique simplement par le fait que la plus grosse proportion de ces créateurs sont des chômeurs ou des enfants de commerçants qui n’ont connu que ça. On trouve aussi dans le lot des personnes qui ont eu une mauvaise expérience avec leur patron ou alors des cadres supérieurs qui souhaitent être leur propre patron. Ces statistiques démontrent bien une chose, que l’esprit d’entreprise n’est pas une aptitude innée, c’est l’envie de réussir, d’être le meilleur et de gagner qui va faire naître en eux cet esprit d’entreprise.

L’esprit d’entreprise c’est apporter du neuf ? En effet l’esprit d’entreprise raisonne dans le mot création. A mon sens, il est important de créer ou de développer ce qui ne se fait pas, pas assez ou pas assez bien. Nous pouvons donc dire que l’esprit d’entreprise est donc bien une création, un développement, un mouvement vers quelque chose de neuf. Mais encore une fois il ne faut pas oublier d’être critique et de faire face à la frustration car dans de petites entreprises, la création se fait dans un univers restreint et le concept de cette nouveauté doit être accepté par le plus grand nombre. C’est une condition sine qua non à l’accomplissement de son projet. Ce concept peut être un peu difficile à comprendre quand on voit aujourd’hui sur les étals des commerces une recrudescence d’anciens produits vintages. Nous pouvons aussi appeler ça du « neuf » car l’idée nouvelle a été de réintroduire ces produits à une époque nouvelle.

Autre point important, la transmission. En effet, il y a peu de temps, certaines statistiques annonçaient que 70% des jeunes voulaient travailler dans la fonction publique car pour eux l’entrepreneur n’avait  pour unique but que de licencier. Est-il est important de répéter le plus que l’on peut, nous entrepreneurs, que l’image véhiculé par les médias n’a rien à voir avec la vie que l’on mène sur le terrain avec ses salariés. Il est donc clairement indispensable de dire véritablement aux jeunes ce qu’est entreprendre. Pour leur donner envie d’entreprendre, la seule solution qui me vient est de leur raconter notre histoire d’entrepreneur. Si, de leur côté, les politiques tentent d’encourager la création d’entreprise (d’une façon très critiquable je vous l’accorde), c’est à nous, entrepreneurs, d’en donner l’envie. Il suffit d’imaginer 100 000 entrepreneurs en France qui consacrent une journée par an dans un établissement scolaire, très rapidement une part non négligeable d’enfants pourrait être sensibilisée à l’esprit d’entreprise : ses difficultés mais surtout ses bonheurs. Le résultat, et j’en suis sûr, se verrait rapidement au bout de 5/10 ans.

L’esprit d’entreprise est pour moi une des qualités les plus importantes de nos jours pour notre pays. Vous me direz que c’est mon métier de les aimer, mais au delà de ça si aujourd’hui je les aime, c’est que je les comprends. Et je ne peux aujourd’hui que remercier ces personnes qui m’ont transmis cette capacité : Mes associés, mes clients entrepreneurs, ces personnes qui soutiennent l’entreprise et bien sûr mon entreprise en elle même qui est l’une de mes plus belles rencontres.

Pour finir je me dis que si dans les années à venir nous aimons autant nos entrepreneurs (et pas seulement Steeve Jobs, à qui je voue moi aussi une sincère fascination) que les joueurs de football, nous aurons réussi !

Au travail chers amis entrepreneurs.

Thomas GAY-CASABURI, Consultant Associé chez Kapitalium, à Nice, le 8 juin 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s