Regards économiques. – Billet hebdomadaire de Kapitalium.

  • billet_500_eurosDepuis 2008, le secteur du BTP souffre terriblement : 150.000 emplois ont disparu (soit 10% des effectifs), nos grands groupes (Bouygues, Vinci, Eiffage) sont impactés et déportent leurs activités sur des plus petits chantiers, d’où un impact systémique sur les PME. La chute du nombre de mises en chantier, les carnets de commandes qui se remplissent moins rapidement et la concurrence déloyale d’une main d’œuvre de plus en plus nombreuse en provenance d’Europe de l’Est constituent un ensemble d’évènements qui exercent une pression à la baisse sur les marges du secteur. La situation de la trésorerie est tendue pour la plupart des acteurs du BTP, il convient de bien enregistrer que 26% des redressements et liquidations judiciaires concernent des entreprises du domaine de la construction. Une piste de relance serait d’engager immédiatement des initiatives politiques pour, d’une part, faciliter l’accès au logement des primo-accédants et, d’autre part, engager un vaste programme d’investissements en habitat à haute performance énergétique intégrant des outils et matériaux intelligents issus de nos TPE innovantes.
  • Face à certaines menaces nouvelles, les Etats semblent passer les affaires de sécurité au premier plan. Le secteur de l’armement va connaître de beaux jours, il est néanmoins très exposé aux volontés politiques et à l’évolution des principaux conflits. La France vend des Rafale, des missiles anti-chars, des hélicoptères, des satellites espions, le Qatar, l’Inde, la Pologne, pour ne citer qu’eux, apprécient la haute technologie française. Ce secteur va peser lourdement et favorablement sur la croissance française en 2015, déjà, les exportations de matériels militaires avaient dépassé 8 milliards d’euros en 2014 (en hausse de 17,3 % par rapport à 2013), l’évolution 2015-2024 devrait être encore plus forte.
  • L’e-commerce français redémarre. La FEVAD estime que le commerce en ligne va progresser de 10% en 2015 pour atteindre un chiffre d’affaires d’environ 62,4 milliards d’euros. Les géants du secteur continuent de consolider leur domination. Amazon, CDiscount, FNAC, Carrefour, Leroy Merlin, Darty, Leclerc, Voyages-sncf.com et Booking.com deviennent de plus en plus hégémoniques. Mais, les commerces « physiques », a fortiori les petits, sont de plus en plus vides.
  •  Les informations macro-économiques peuvent être trompeuses tant les écarts d’évolution selon les différents secteurs sont larges. L’augmentation de 0,6% du PIB français au premier trimestre 2015 cache un renforcement des stocks industriels qui représente 0,5 point, hors évolution des stocks, la croissance entre janvier et mars 2015 n’est que de 0,1%. Pour cacher son endettement comptable, l’Etat accélère les cessions de son patrimoine immobilier : 506M€ en 2014 contre 391M€ en 2013. Sans reconsidérer l’action de France Domaine, il y a des données économiques qu’il vaut mieux savoir lire entre les lignes et ne pas se contenter des annonces médiatiques. A titre d’exemples, pour le premier trimestre 2015, +2,3% d’importations, -0,2% en investissements (entreprises et logements), +0,4% de dépenses publiques, voilà des signaux négatifs pour notre économie. Pourtant, avec des éléments exogènes favorables (le prix du pétrole en nette diminution, une parité plus faible de l’euro par rapport au dollar et des taux d’intérêts historiquement bas), la France avait toute les chances de connaitre une reprise économique forte et réelle mais elle manque de confiance en elle, elle refuse de réduire ses dépenses de fonctionnement et elle opte pour la vente par pans entiers de son patrimoine. C’est le choix d’une mort économique assurée avec de terribles dégâts sociaux déjà perceptibles : en France, selon l’OCDE, le taux de chômage est de 10,6% contre 4,7% en Allemagne ! Les prélèvements obligatoires et les dépenses publiques viennent d’atteindre des records historiques qui plombent le dynamisme potentiel : respectivement, 44,9% et 57,5% du PIB, du jamais vu. Dans ces conditions, comment pouvons-nous encore entreprendre et recruter des salariés dans ce pays ? L’amélioration relative du commerce extérieur (de -60,8 milliards d’euros à – 53,8 milliards d’euros) n’est liée qu’à la baisse de la facture pétrolière, et qu’aux secteurs de l’aéronautique et du luxe. Les ventes de produits agricoles et agroalimentaires ont chuté de 10,5%. Sur quinze grands secteurs économiques, seuls cinq dégagent encore un excédent : les produits agricoles et les produits des industries agroalimentaires, les matériels de transport, les produits chimiques, les parfums et cosmétiques, et enfin les produits pharmaceutiques. Tout le reste, soit dix secteurs, est en déficit.

Mises à part quelques étoiles économiques, le ciel de l’activité française est en train de virer à l’orage violent et les parapluies ne suffisent plus pour éviter d’être mouillés. Nos PME payent plus que d’autres l’impôt sur les sociétés, plus que d’autres le poids des différents régimes de protection sociale, plus que d’autres la contribution foncière des entreprises, plus que d’autres la taxe d’apprentissage, plus que d’autres le prix du financement de leur trésorerie et j’en passe tellement les boulets aux pieds empêchent nos entrepreneurs de pouvoir courir aussi vite que leurs compétiteurs étrangers. Si 2017 est un objectif pour certains, pour d’autres il s’agit d’un horizon trop lointain. Les dirigeants d’entreprises ne sont pas considérés, l’exode des cerveaux devient de plus en plus significatif : en 2015, Londres abrite plus de 300.000 français. Il existe un outil de mesure parisien qui vaut bien certaines statistiques : les bancs parisiens occupés jadis par les amoureux, le sont aujourd’hui par les clochards. Le scénario de décroissance voulu par quelques utopistes n’a aucun sens, l’enjeu pour les mois à venir consiste à bien produire pour bien vivre. A bon entendeur, salut !

Laurent GUIBERT, Directeur Général de Kapitalium, à Nice, le lundi 18 mai 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s