Cocorico : les atouts économiques de la France – Billet hebdomadaire de Kapitalium.

billet_500_eurosAvec un PIB de plus de 2000 milliards d’euros et donc un sixième rang mondial et un troisième rang européen, on peut affirmer que la France est, en plus d’être belle, une nation économiquement privilégiée. Parmi les cent premières entreprises mondiales, onze sont françaises. Nous sommes les sixièmes du Monde en terme de productivité, c’est un bon résultat.

Les secteurs de l’agroalimentaire, de l’aéronautique, du luxe, de la santé, de l’optique ou encore la filière bois se portent assez bien.

La technopôle Sophia-Antipolis, les 71 pôles d’innovation dont le grenoblois MINALOGIC spécialisé en micro et nanotechnologies appliquées aux sciences de la vie, Aérospace Valley, Cosmetic Valley, Pégase et Capenergies, ce n’est pas rien.

Nous avons un niveau d’éducation globalement et comparativement satisfaisant, nos grandes infrastructures sont de qualité, notre savoir-faire est reconnu sur la planète entière, nos trois marques automobiles avancent et ne sommes-nous pas la première destination touristique du Monde ? Certes, notre niveau de recherche privée est en dessous de la moyenne (2% du PIB contre 3,8% en Suède, 3,4% au Japon, 2,8% aux USA et 2,6% en Allemagne) mais nos « start-up » parviennent à présenter des performances hors du commun. De nombreux jeunes sont porteurs d’une forme de culture entrepreneuriale très positive, certains vont ailleurs et reviennent forts d’une expérience internationale, les médias parlent peu des réussites et délivrent malheureusement une image faussée de notre situation économique. Je n’irai pas jusqu’à utiliser le concept de « génie français » et à glisser vers une arrogance qui n’a pas lieu d’être, j’affirme simplement que nous n’avons aucune raison de douter de nos capacités et de nos compétences. C’est possible, avec mes associés, sans aucune aide publique, il nous a suffi d’une centaine d’euros pour construire une petite structure sympathique. Plus que nos diplômes, c’est notre volonté et notre passion qui nous ont aidés. Pour entreprendre, certes, il faut être un peu fou mais nous pouvons dire que la France reste l’un des rares pays où nous pouvons construire une PME avec peu de moyens.

Si nous parvenons à lever certains conservatismes qui assomment les PME avec une fiscalité confiscatoire et un coût global du travail qui plombent la profitabilité des activités professionnelles, nous avons toutes les chances non seulement de nous en sortir mais aussi de briller y compris au-delà de nos propres frontières. Pour preuve récente, le film « we love entrepreneurs » où nous entendons des créateurs de valeurs qui déplacent in facto les livres de Zola sur des étagères d’archives destinées aux écrits éculés. Debout et la tête haute, je conclus par une question dont la réponse me semble évidente : sans nos PME, véritable carré d’as, la France serait-elle aussi grande ?

Laurent GUIBERT, Directeur Général de Kapitalium, à Nice, le lundi 26 janvier 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s